Le retour en force de l'agence matrimoniale

31.01.2010

Pour trouver l'âme sœur, certains s'inscrivent sur un site de rencontres virtuel. D'autres préfèrent les rencontres réelles et optent pour la « traditionnelle » agence matrimoniale. Mais comment ça se passe au juste?

On les croyait dépassées, révolues,  pour ne pas dire « ringardes », mais les agences matrimoniales n'ont pas dit leur dernier mot ! Beaucoup ont souffert de l'arrivée massive, voici une petite dizaine d'années, des sites de rencontres sur Internet, « mais la grande partie de notre clientèle est justement composée de personnes déçues par ces sites virtuels », constate Christine De Scheemaeker, représentante de l'agence Valérie Dax qui étend désormais ses activités en province de Luxembourg.

Premier rendez-vous gratuit

Première étape : pour s'inscrire dans une agence, il suffit de prendre son téléphone et ne plus se cacher derrière son ordinateur. « Je n'ai pas de bureau fixe, la province est très étendue », explique Christine De Scheemaeker. « Soit je rencontre la personne à son domicile, soit on se voit dans un endroit calme. Faire la démarche de contacter une agence n'est pas quelque chose de simple. Il faut donc offrir une certaine confidentialité et, surtout, faire preuve de discrétion. »

Lors de ce premier rendez-vous, la « marieuse » informe le ou la candidate de la façon de travailler de l'agence. « On la questionne aussi sur son parcours, ses attentes, ses demandes particulières. En toute honnêteté, si je me rends compte que votre recherche est trop ciblée et restrictive, je préfère dire immédiatement que je ne pourrai pas vous aider. »

Des candidats sérieux

Une fois les attentes de la personne bien définies, Christine De Scheemaeker présente le contrat qui le liera à l'agence pour un temps déterminé. « Même si les mentalités ont évolué, nous n'acceptons que des personnes sérieuses, qui désirent faire des rencontres sérieuses. Un monsieur marié, ou pas encore divorcé, ne pourra pas s'inscrire. » L'agence Valérie Dax, créée voici 40 ans, table sur un taux de réussite de 80 à 85%.  « Nous nous engageons, contre rémunération, à proposer différents contacts à notre clientèle. Tout d'abord, lors de la première réunion d'information, nous essayons de définir au mieux les attentes de la personne. Ensuite, nous regardons dans nos listings afin de trouver d'autres inscrits qui pourraient correspondre aux critères demandés. La localisation, l'âge, la situation professionnelle, le physique, les activités sportives, tout cela peut entrer en jeu. »

Combien de temps faut-il pour trouver l'âme sœur ? Pas de règle en la matière. Parfois ça peut aller très vite. Mais en moyenne, comptez un an.

M.PF.

Source : www.walloniepresse.be - 31/01/2010